Projets d’intégration 2020

L’aventure de la création, 21e édition
Récits, films et multimédia
Cuvée 2020


Le programme

Les présentations des projets auront lieu sur Zoom à 16h30 

Suivez les projets sur Instagram

Mercredi 27 mai – 16h30

Margaux Blair, Le tisserand de Bologne
Nouvelle de fiction historique campée dans le Bologne de la Renaissance: un peintre engage un tisserand pour perfectionner son art, mais les tensions montent dans l’atelier. La quête de la perfection côtoie celle du bonheur au fil des saisons et des plis des drapés.

Alizée Jean-Louis, La haine
Conte tragique aux accents médiévaux, La haine relate le destin de deux frères, et la chute de leur village de campagne dans la guerre civile. Ce récit dichotomique aussi chaleureux que troublant nous plonge dans un univers folklorique chaotique. À travers ses descriptions vives et ses conflits, l’autrice nous offre une véritable aventure dans les dédales de l’erreur humaine.

Laurianne Martel, Entre deux mondes
Une amitié interdite, un monde imaginaire, une seconde chance. La ligne séparant l’illusion des souvenirs peut parfois être très mince. Ce récit fantastique raconte l’histoire d’une liaison défendue entre deux sorciers, vécue par la mémoire et le subconscient de jeunes Américains. Des liens étroits seront créés entre ces personnages en quête de vérité.

*Note: vous pouvez suivre les trois autrices précédentes sur le compte IG @les_littereuses

Hilary Chrisdia Etomo Mba, Miroir
La passion. Quelle place occupe-t-elle lors du processus créatif artistique? Miroir est un zine qui explore différentes définitions de ce qu’est « être passionné(e) », en images, à travers les expériences de deux artistes.

Marie Savoie, Voisiner
(Projet en cours… à venir après la pandémie!)
Récits entrecroisés des voisins qui habitent un même immeuble.

Jeudi 28 mai – 16h30

Serine Bareche et Jacob Chila, Wo ài ni / Je t’aime aussi 
(fiction épistolaire, scénario et photos)
Emma et Ushi vivent une relation sincère et passionnée depuis maintenant 1 an. À première vue tout semble parfait, seulement voilà, Emma vit à Montréal alors que Ushi réside à Shanghai. En tout, 10 958 km les séparent; s’ajoute à cela un décalage horaire de 13h. Une demi-journée de différence qui rend la vie dure aux amoureux. Quand Ushi se réveille, Emma doit se coucher. Au final, ils n’ont que quelques heures pour eux, ce qui est loin d’être suffisant, d’autant plus que les problèmes de connexion Internet se font de plus en plus fréquents. Une relation qui donne du fil à retordre et pousse à bout le jeune couple.

Simone Bellay et Amélie Perreault, 915, rue des Souvenirs (récit et vidéo)
915, rue des Souvenirs est un projet qui combine la forme du texte et du vidéo. Pour traiter du souvenir, Simone a fait un texte en s’inspirant de la maison où elle a passé la majorité de sa vie. Puis, elle a créé un film d’ambiance pour accompagner celui-ci. Amélie, pour sa part, a fait deux textes à propos de souvenirs nostalgiques des dernières années. Et puis, ensemble, nous avons écrit un texte collectif sur notre futur proche et les souvenirs que nous allons partager en déménageant ensemble à l’appartement 915.

Katren Marzouk et Mylène Nguyen, L’artefact éclipsé (récit)
Un jeune homme désobéit aux règles afin de ramener son amie dans le monde des vivants. Or, cette dernière a perdu ses souvenirs et pour remédier à cela, le garçon va se mettre à la recherche d’une précieuse relique, et ce, accompagné d’un criminel… 

Lisa Ben Merar et Marianne Pajot-Robichaud, L’appel
Depuis quelques temps, Morgane fait des cauchemars. Passionnée par le surnaturel, elle est convaincue que ses rêves ont une signification importante. Avec l’aide de ses deux fidèles amis ainsi que trois autres camarades de classe, elle effectue un rituel dans le but de contacter un esprit qui puisse répondre à ses questions. Mais tout ne se passe pas comme prévu et les six adolescents se retrouvent coincés dans un chalet, seuls, entourés de forces mystérieuses et terrifiantes qui les poursuivent dans leurs rêves comme dans la réalité.

Vendredi 29 mai – 16h30

Boris Bissonnet, Samuel Buron et Émile Malenfant, MYTY-42 (court métrage)
Un virus très contagieux qui s’attrape par les yeux se répand sur la planète. Le MYTY-42 a un taux de mortalité de plus de 60 %. Les gouvernements demandent un confinement total à la population. Le droit de sortie est exceptionnel, et le gouvernement impose de se protéger les yeux avec des lunettes spéciales. La pandémie entraîne des pénuries d’équipement et de médicaments d’usage devenus courants comme les masques de sommeil et les gouttes pour les yeux. Nous suivons trois personnes différentes durant leurs aventures en cette période de quarantaine.

Loïc Piché, Gale (storyboard)
L’oeuvre se décline en dessins préparatoires à la réalisation d’un vidéoclip. Un mystérieux hôte organise une soirée mondaine. N’y accèdent que des amis ayant accepté de découper la peau de leur visage et de la manger au souper

Rébecca Grenier, L’épine du sommeil (scénario)
L’objectif premier de mon projet, qui est un film que je réaliserai, est de créer une expérience qui se veut immersive, dans le but que la personne qui le regarde ressente la même chose que les gens qui font de la paralysie du sommeil ou, du moins, comprenne un peu mieux ce qu’ils vivent. Bien que ce soit basé sur différents témoignages et de la recherche, mon projet est une fiction. 

Simon Thivierge-Cadorette, Anima (scénario et bande dessinée)
Étant originellement un court métrage, Anima est devenu une BD basée sur celui-ci, une représentation fantasmée de ce que la vision originelle aurait voulu être. Un scénarimage aux allures de graphic novel qui nous plonge dans un futur proche où souvenirs sont des produits de consommations, destinés au libre-marché, capables de corrompre leur hôte pour le transformer en bête.

Hugo Suet et Mounia Tiendrebeogo, Pygmalion (scénario et storyboard)
Pour comprendre l’étrange destin qui relie deux sœurs jumelles, Némésis, une intelligence artificielle créée à leur image, enquête.

Danielle Tudor, Quisqueya Québec
Quisqueya Québec est un podcast ayant pour but de faire entendre la perspective des sœurs Debby et Doris Tudor. L’œuvre auditive est présentée sous forme d’une entrevue-discussion dirigée par la benjamine de la fratrie. Nées à Montréal de parents immigrants haïtiens, les deux ainées s’expriment sur leur identité, leur enfance à Montréal, leurs voyages en Haïti et ce qu’ils leur ont apporté ainsi que leur manière d’incorporer leur culture haïtienne au quotidien.

LANGUES

Ève-Marie Pépin, Les peuples en minorité au Pérou et l’histoire de leurs difficultés
Dernière étudiante de l’option Langues à suivre l’ancien cours de Communication en arts et lettres, Ève-Marie Pépin a produit un travail de recherche bien documenté sur un sujet intéressant qu’il nous a semblé utile de publier ici avec les projets en Littérature et en Cinéma.

FIN

undefined