Les soupirs du silence, de Céleste Bérardelli

Une douleur impétueuse

Me tiraille les entrailles

Fais taire ta fierté

Et laisse ma douleur t’inonder,

Te rapprocher de moi,

Partager quelque chose…

Une dernière fois.

Pardonne mon ressentiment

Je te veux heureux, seulement…

Pas sans moi

Tant de choses que j’ai omises de te dire

De peur de me faire haïr,

De te voir partir

Pourtant,

Tu vis convenablement

Sans moi

Quelle injustice !

Moi, je vis un supplice

Sans toi

Reviens-moi

Il n’y a rien pour toi

Avec elle

Je ne suis rien

Sans toi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s