(Sans titre), de Monica Tran

C’était pendant l’été

Lorsque ma mère

Est partie voir le tout-puissant

Les bruits assourdissants

Sont soudainement silencieux

Dans un calme effrayant

Rien n’a été comme avant

Des ombres de sa présence

Commence doucement à se faire ressentir

Dans les endroits avec nos souvenirs

Tranquillement la noirceur m’incite

À revoir ma seule confidente

Au fin fond des abysses

Et ainsi mettre fin à mes souffrances.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s