D’un procès au retrait, par Anne-Sophie Vachon

C’est impossible de perdre ce cas, s’était dit M. Boudrias au début de la semaine. Les plaintes et témoignages contre le meurtrier étaient nombreux et les preuves contre lui ne manquaient pas. Pour le détective de 34 ans, rien n’était plus certain; il allait convaincre tous les membres du jury que cet homme devrait finir ses jours derrière les barreaux pour les crimes qu’il avait commis. Pourtant, rien n’était moins sûr.  

Le jeune détective vivait seul dans un superbe appartement moderne qui aurait pu figurer dans une publicité IKEA tellement la demeure était ordonnée. Rien ne traînait ou n’était placé au mauvais endroit. David Boudrias était l’un des meilleurs détectives de son équipe et il était connu pour avoir résolu les cas les plus abracadabrants et improbables qui soient. Rien ne s’avérait trop difficile pour lui, un jeune homme séduisant, aisé financièrement, qui logeait un bel appartement et qui gagnait sa vie en envoyant de dangereux criminels en prison. En effet, tout semblait parfait.  

Cependant, le détective dû rapidement se rendre à l’évidence; il n’allait pas bien. Depuis quelques jours, David toussait bien plus régulièrement que d’habitude. Ses collègues le pressèrent de passer un test pour la COVID 19, virus qui faisait rage depuis plusieurs mois. Ce virus dangereux pouvait être mortel et de nombreuses précautions avaient été mises en place afin d’éviter sa propagation.  

Pourtant, David ne voulut rien entendre. Il faisait extrêmement attention de bien porter son masque et de laver ses mains le plus régulièrement possible, car il n’avait pas le choix s’il voulait pouvoir continuer à travailler. Il était convaincu de ne pas avoir contracté le virus. Après tout, un homme comme lui ne risquait rien. Le détective décida de faire fi des conseils de ses collègues et continua de travailler sur son dossier l’esprit tranquille. Son entourage devint rapidement méfiant et se mit à se tenir loin de lui. Cela ne fit que satisfaire le jeune homme têtu qui pouvait enfin faire son travail en paix. Malheureusement pour lui, la rumeur qu’il avait peut-être le virus se rendit jusqu’à son patron qui le força à aller se faire tester, sans quoi il ne pourra pas venir au bureau. 

C’est donc en ce vendredi après-midi que le détective se retrouva à l’hôpital et qu’on lui confirma qu’il était un porteur de la COVID 19. David n’en revenait pas. Comment avait-il pu contracter le virus? Lui, beau jeune homme fort et intelligent qui avait un emploi dangereux et qui lui rapportait beaucoup d’argent, avait contracté un virus qui affectait mortellement les personnes âgées. 

Comme le détective ne s’attendait pas à recevoir un résultat positif, il avait laissé la plupart de ses effets personnels au bureau. Il retourna donc au poste de police afin de prévenir son patron qu’il ne serait pas présent pour les deux prochaines semaines. Au bureau, David se vit l’entrée refusée, car il pourrait transmettre le virus aux autres employés. Le détective était outragé et furieux. Il insista pour aller récupérer ses effets personnels avant de quitter, mais la réponse demeurait toujours non. On le fit s’asseoir à l’accueil le temps que quelqu’un lui apporte ses choses. Après quoi, il rentra chez lui et faillit commettre un accident sur la route dû à son manque d’attention.  

En arrivant chez lui, le jeune homme s’était un peu calmé. Il décida de commander une pizza pour le souper et se rendit à son bureau pour travailler sur son enquête. David travailla jusqu’à tard dans la nuit.  

La journée du lendemain débuta plutôt mal. Le détective était frissonnant et faible. Le trajet de la chambre jusqu’à la salle de bain fut un défi en lui-même. Chaque pas lui demandait un effort intense et pénible. À peine avait-il fait trois pas qu’il était à bout de souffle. Il arriva néanmoins au cabinet de pharmacie et avala deux comprimés pour la fièvre.  

L’état lamentable de David empirait avec le temps et il commença rapidement à s’inquiéter. Il téléphona à l’hôpital au milieu de la journée et la réceptionniste lui dit de se rendre aux urgences le plus rapidement possible. Cela le frustra aussitôt. La conduite vers l’hôpital s’avéra cauchemardesque pour le détective fiévreux. Il arriva tout de même à s’y rendre et fut admis dans l’heure qui suivit.  

Le jeune homme était misérable. Il se trouvait dans un lit d’hôpital avec un grave virus qu’il n’aurait jamais cru un jour avoir. Il dormit mal et très peu, ce qui le rendit irritable et à bout de nerfs.  

Le dimanche fut long et pénible pour David. Il savait qu’il ne pourrait jamais aller à son procès du lendemain et le simple fait d’y penser l’irritait encore plus. Il s’y voyait; toutes les preuves étalées devant lui, l’accusé fulminant, impuissant face à son succès, ses collègues l’acclamant pour avoir si bien réussi son travail une fois de plus et son patron le félicitant personnellement et lui offrant une promotion. David revint malheureusement à la réalité lorsqu’une infirmière entra dans la chambre afin de lui faire passer des tests.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s