Une tranquillité fragile, par Minji Ardanuy-Jetté

16 heures. La chaleur du soleil me brûle la peau. Allongée dans l’herbe fraiche, les yeux clos, j’entends des familles, au loin, s’exclamer devant l’étang. Les canards doivent sûrement caqueter de plaisir avec tant de spectateurs pour les admirer. Une prestation grotesque à mon humble avis que j’ai vue des centaines de fois. Je somnole, sur mon plaid, au doux gazouillis des grillons telle une berceuse pour enfants. Les bruits autour se mettent en veilleuse, mes oreilles s’engourdissent, mon cerveau s’endort et je tombe progressivement dans les bras de Morphée. Des éléphants roses surgissent devant moi, me prennent par la main et m’entraînent dans leur danse endiablée. Puis, par hasard, je me retrouve sur une scène, mes doigts s’agitent sur les touches blanches et noires du piano. Je fais une révérence devant un public stupéfait m’applaudissant, en riant. En riant ? Pourquoi tout le monde se moque-t-il de moi ? Soudain, mes yeux s’ouvrent. Je me relève. Mes coudes adossés sur la douceur de ma couverture. Mon livre tombe à côté de moi. 17 heures. Des rires cristallins parviennent à mes oreilles. Deux jeunes et grandes femmes d’une vingtaine d’années, se tenant par le bras, passent entre les délicates odeurs poivrées des fleurs. Un homme, habillé tout en noir marche derrière elles. Il tient un appareil photo dans ses mains. Encore d’autres personnes qui vont prendre d’assaut le Jardin botanique ! La température vient de baisser, une brise de vent me chatouille le visage. Un soupir désespéré m’échappe. J’entends encore ma mère me dire : « Arrête de te prendre en photo, il est temps de partir !»  

Clic-clac, clic-clac. Cela fait au moins une demi-heure que la caméra bouge dans tous les sens. Les modèles se sont installés sur un pont en bois, à quelques mètres de moi. La meneuse de ce petit groupe, une blondinette sous le feu des projecteurs, dicte ses règles d’un ton autoritaire au photographe. « Non pas comme ça ! De ce côté, pas de l’autre. » Alors que son amie, une jolie brunette un peu narcissique, n’arrête pas de prendre des autoportraits. Leurs pantalons ajustés et leurs chandails moulants mettent en valeur leur poitrine proéminente. Ces filles ont dû se maquiller, se pomponner, s’habiller avec beaucoup de soin avant de sortir. Je regarde le paysage autour de cette séance de photo improvisée. J’avais un endroit tranquille pour me reposer, et maintenant il grouille de vie. Des passants marchent, s’arrêtent, contemplent ces futurs mannequins, sourient, parlent entre eux et puis continuent leur chemin. Les écureuils sautillent pour chercher leurs réserves de nourriture à l’approche d’un rude hiver. Ils dérangent et taquinent les filles dans leur séance photo, à chaque passage. Une buse gourmande observe tranquillement la scène qui se passe sous son bec, en attendant patiemment une proie bien dodue. Le soleil va bientôt se cacher derrière les nuages. Les starlettes prennent leurs dernières poses quand soudain mon attention se porte derrière elles. Un troupeau de bernaches avancent vers moi d’une patte décidée. « Qu’est-ce que ces maudits oiseaux font là ?» crie une des deux pimbêches. Ces volatiles ont décidé de prendre racine devant la caméra. Quel malheur ! Lorsque ces jeunes rentreront chez eux, ils verront de magnifiques photos mémorables d’oiseaux envahissants. À ne surtout pas mettre sur les réseaux sociaux ! 18 heures. Il est temps de partir. J’ai passé un bel après-midi. La prochaine fois que je viendrai, j’apporterai mon carnet de dessin. Je sens le vent balayer mes cheveux vers mon visage. Je regarde autour de moi, il n’y a presque plus personne. Puis, un SPLASH retentit dans l’air. Une odeur nauséabonde effleure mes narines. Une fiente vient de s’écraser sur mes cheveux ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s