Le vendredi 23 octobre aurait dû être un vendredi 13, de Céleste Bérardelli

Journée de pluie sempiternelle au ruissellement

Inexplicablement opaque et cramoisi

Qui tacha définitivement la terre blanche,

Évocation flagrante des teintes automnales

Qu’elle n’aura plus jamais la chance d’admirer.

Recherche d’échappatoire, besoin de disparaître        

Sans pieds, ni mains pour la soutenir, elle flottait.

Elle était immobile, pantin suspendu dans le temps

Alors que le temps, lui, ne s’était pas arrêté.

Vendredi 23 octobre, jour de célébration

Transformé en vendredi 13, suite de malchances

Nous l’avons mise en terre, l’ultime solitude

Sa mort, remède de son isolement, fût vaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s