Lettre à l’être, de Geneviève Dumesnil

Je suis une enveloppe charnelle

Une enveloppe charnière

Scellée dans le silence

D’une plume familière

Ouverte malgré moi

Par mille mains étrangères

Criminelles de me toucher

Sans être propriétaires

De mon âme affranchie

Je suis pliée sur le coin d’une table

Puis déchire en entier

Jetée dans la benne d’ordures

Jamais recyclée

J’ai malle

Je suis la gardienne des mots

Porte-parole des maux

Post-parole réconfortante

Facteur d’influence

Le timbre coloré

Je raconte le monde

Ornée de monuments grandioses

De paysages infinis

L’humanité me colle à la peau

Je jaunis à force de vivre

Vieillie des secrets d’autrui

Sans regret

Car quelque part en moi

Se cachent des idées

Des félicitations, des remises en question

Des nouvelles, des invitations

Des coups durs, des réclamations

Des sollicitations, des déclarations

Des je t’aime aussi

Au moins un

Cacheté

Caché

Au fond de mon cœur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s