« Halloween Ends » : À quand la fin?, par Zoé Pallot

Source: IMDb

Halloween Ends est un film d’horreur américain réalisé par David Gordon Green. C’est le treizième film de la franchise qui a propulsé la carrière de Jamie Lee Curtis en 1978. Celui-ci se situe dans la trilogie débutée en 2018 où Laurie Strode n’a pas de lien de parenté avec Michael Myers. Malgré que ce soit la trilogie la plus rentable de la franchise, il n’était pas nécessaire de revenir sur ce classique. Halloween Ends a fait l’erreur d’oublier ses origines en laissant place à une mauvaise histoire d’amour mixée avec quelques jumpscares.

L’histoire commence quatre ans après les événements d’Halloween Kills (2021), Laurie vit paisiblement avec sa petite-fille Allyson. Un jour, Laurie fait la rencontre de Corey Cunningham, un jeune homme accusé du meurtre d’un enfant qu’il gardait, elle le prend sous son aile et décide de lui faire rencontrer Allyson. Ces deux jeunes, partageant le jugement critique des habitants d’Haddonfield, sont visiblement attirés l’un envers l’autre. Mais suite au continuel harcèlement dont il est victime, Corey se rebelle, ce qui refroidit Laurie. Enfin, on retrouve Michael Myers dans l’histoire secondaire pour terroriser la ville une fois de plus.

Tout d’abord, les personnages centraux sont oubliés. Le temps d’écran de Jamie Lee Curtis laisse à croire qu’elle était présente plus pour des raisons de marketing que pour jouer son rôle. La situation est pire pour Michael Myers! Le monstre culte reste littéralement aux égouts jusqu’à sa première apparition se situant à la moitié du film. En plus d’avoir l’entrée la plus décevante que l’on pouvait s’imaginer, on ne le voit que pour un total de 10 minutes et 55 secondes. Les stars d’origine ne sont exploitées qu’à la toute fin lors du combat final. Évidemment, Myers revient à la vie à plusieurs reprises en l’espace de cinq minutes, ce qui n’est une surprise pour personne après treize films. À ce point, les dialogues de Laurie sont redondants et bourrés de mauvais punchline. Par exemple : « I have tried to contain you. I have tried to forgive you, I thought maybe you were the boogeyman. No. You’re just a man who’s about to stop breathing » (« J’ai essayé de te contenir. J’ai essayé de te pardoner, j’ai cru que peut-être tu étais vraiment le Bonhomme sept heures. Non. Tu n’es qu’un homme sur le point de cesser de respirer »). À cette scène s’ajoutent plusieurs plans de combat retrouvés dans le film original dans le but désespéré de rendre ce moment plus intense.

Pour ce qui est du récit principal, l’histoire commence fort en intriguant le public avec l’arrivée d’un nouveau personnage, Corey Cunningham, et le fameux accident de gardiennage. On nous le présente comme un jeune homme détesté de tous qui se fait régulièrement agresser pour son passé, il gagne donc facilement notre pitié et celle des Strode. Allyson démontre de l’intérêt envers lui rapidement sans que ça ne fasse trop de sens. Les scènes tout droit sorties d’un film coming-of-age sur la motocyclette nous aident à suivre le développement de leur amour. La première fois est en plein jour dans une ambiance froide, ça se passe avec beaucoup d’hésitation, sans même qu’ils conduisent ou se touchent. Plus tard, ils conduisent durant la nuit avec l’éclairage chaleureux des réverbères, le plan est plus serré, concentré seulement sur leur visage, et c’est accompagné d’une musique sensuelle. Malheureusement, ces scènes sont si courtes que ça ne laisse pas de temps au spectateur de s’attacher à leur histoire d’amour. Le personnage d’Allyson sert de complément à Corey comme à sa grand-mère, on ne la voit pas à l’extérieur de ses deux relations. Quant à Corey, on ne s’attache à lui que par pitié avant que la seconde partie de son arc narratif se produise. [Spoiler alert] Après s’être fait agresser par un groupe d’adolescents, Corey se réveille dans les égouts où Michael Myers se cachait et se fait contaminer par le mal. Une fois son changement de personnalité, la recrue de l’homme masqué se venge sur ceux qui l’ont maltraité et on se détache rapidement de celui-ci. Des plans en point de vue du tueur rappellent ceux présents dans les films originaux, ce qui nous fait comprendre que Corey prend la place de Michael Myers.

Enfin, la direction photo et le montage sont étourdissants. Il n’y a pratiquement aucun plan fixe dans l’entièreté du film et l’utilisation de zoom-in et de zoom-out devient abusive. On retrouve beaucoup de plans courts, ce qui nuit à la fluidité de certaines scènes. Par exemple, il y a plusieurs scènes plaisantes visuellement comme les plans de rotation axiale qu’on retrouve dans les égouts ou la cage d’escalier de l’incident, mais elles sont coupées rapidement ce qui nous empêche d’apprécier l’image. Sinon, le jeu d’acteur des personnages comme ceux des adolescents est mauvais. Le spectateur devrait ressentir la peur des victimes mais leur jeu manquant de crédibilité rend ces scènes presque humoristiques. Finalement, on tente de compenser pour l’ennui mortel de la première heure avec des morts sanglantes qui ont pour seul but de choquer.

En conclusion, malgré un début intriguant et une fin satisfaisante, Halloween Ends est un film superflu et lassant. L’apparition courte des personnages d’origine est frustrante pour les fans, les nouveaux personnages sont vides et sans intérêt, et la direction photo laisse à désirer. En espérant que c’était la dernière fois que la franchise d’Halloween se fait dénaturer à ce point.

Halloween prend fin (V.F de Halloween Ends) ★★☆☆☆ Film d’horreur de David Gordon Green. Avec Jamie Lee Curtis, James Jude Courtney, Andi Matichak, Rohan Campbell. États-Unis, 2022, 111 minutes, en salle.

31/10/22 – Critique rédigée dans le cadre du cours Analyse filmique (ALC option cinéma)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s